UMR 8135 CNRS - INaLCO

Contrats Emergences

Explorer enfin la richesse linguistique du Nigeria : analyse grammaticale et documentation linguistique des langues adamawa (2016–2019)

PI : Dmitry Idiatov

AdaGram est un projet de recherche financé par le programme « Emergence(s) » de la Ville de Paris (2016-2019). Le projet propose une analyse grammaticale et une documentation linguistique de plusieurs langues adamawa du Nigéria, famille de langues aujourd’hui quasiment entièrement inconnue.

En savoir plus...


Pour une analyse écopoétique des littératures de la Vallée du Fleuve Sénégal (01.01.2018 – 31.12.2021)

PI : Mélanie Bourlet

En décembre 2017, le projet EcoSen a obtenu un financement de la Ville de Paris dans le cadre d'Emergences, afin de développer son équipe de jeunes chercheurs qui compte désormais 2 post-doctorants (1 littéraire, 1 anthropologue/ethnomusicologue).

EcoSen a pour objectif de mettre en évidence les liens entre productions littéraires en langue peule et environnement dans la région du Fleuve Sénégal (sud de la Mauritanie, nord du Sénégal), par la mise en œuvre d’une approche théorique inédite pour les littératures de cette région, et afrophones en général : l’écopoétique.

Cette discipline, en voie d’émergence dans le champ de la recherche française, interroge dans les textes les relations de l’homme à son environnement pour mettre en lumière des poétiques environnementales qui seraient autant de manières d’habiter le monde, et dont elle postule plus ou moins implicitement l’importance socio-politique. L’hypothèse qui sous-tend EcoSen est que l’environnement joue un rôle moteur dans la création poétique et sa résonnance tant auprès des populations locales que de la diaspora.

Cette hypothèse prend appui sur plusieurs constats et travaux antérieurs des membres du projet, ayant en commun une longue expérience de terrain dans la vallée du fleuve Sénégal.
Cette région est traversée d’un bout à l’autre par le fleuve Sénégal, dont le régime des crues rythme toute la vie des populations. Toutefois, elle est soumise depuis les années 60 à de profonds changements environnementaux (sécheresses, construction de barrages, disparition d’espèces animales et végétales) et sociétaux (paupérisation croissante, migrations massives en et hors d’Afrique).

Parallèlement, la transformation des paysages s’est accompagnée d’une prise de conscience croissante d’une marginalisation politique, et des revendications culturelles fortes soutenues par des associations très dynamiques (sur le plan national et international), portées en grande partie par les poètes.

Une création écrite contemporaine en peul s’est ainsi développée dès les années 60 tant en Afrique qu’en Europe. En même temps, la riche et dense production poétique orale de cette vallée, très appréciée, et traditionnellement présentée comme dépendant d’une organisation sociale hiérarchisée, reste profondément ancrée dans un environnement naturel, tout en ayant évolué dans ses modes d’énonciation, de diffusion et de patrimonialisation (internet, festivals).

Afin de cerner le lien entre poésie et environnement, EcoSen propose d’expérimenter une méthodologie interdisciplinaire rassemblant des spécialistes de cette zone du Sahel (2 littéraires, 1 géographe, 2 anthropologues).
Leur but est d’initier une réflexion commune sur les processus, fonctions et enjeux de création des lieux et des paysages, avec comme point de départ un corpus de poésie orale et écrite de différents groupes sociaux (bergers, chasseurs, éleveurs, etc).

De nouvelles données seront collectées sur le terrain (poésie, cartographie, terminologie linguistique, entretiens ethnographiques, etc). Leur croisement aboutira à la mise en place d’une plateforme numérique pensée par une solide équipe de techniciens en lien avec les chercheurs, pour le grand public et l’intérêt des disciplines impliquées. La démarche et les résultats d’EcoSen seront restitués dans le cadre de publications, de collaborations universitaires (au Sénégal, en France) et avec la société civile.

EcoSen a notamment reçu le soutien de la chaire UNESCO « Fleuves et patrimoines : diversité naturelle et culturelle des paysages fluviaux ». En posant le paradigme environnemental, jusqu’ici traité comme un thème secondaire, comme un élément esthétique essentiel à la compréhension du dynamisme de cette poésie et de ses enjeux de société, EcoSen propose un changement de perspective inédit et stimulant sur la poésie de la Vallée du fleuve Sénégal. Cela permettra de saisir sous un angle nouveau les textes recueillis par le passé et ceux à venir, et de comprendre la force mobilisatrice du discours poétique observé dans cette région.

Par son originalité, EcoSen ambitionne ainsi de faire avancer la réflexion française en écopoétique, de promouvoir un dialogue comparatiste en participant à la création d’un réseau et de tester la pertinence de cette approche pour les littératures afrophones orales et écrites.