Trois nouveaux doctorants au Llacan

 

Massinissa GARAOUN (doctorat – EPHE – dir. Amina METTOUCHI – Martine VANHOVE) : s’intéresse à une situation de contact intense et ancienne entre l’arabe et le berbère dans un massif de montagnes du littoral algérien : les Babors (Kabylie orientale). Au moyen des outils fournis par la typologie de contact et la linguistique historique, et en regardant les traces de ce contact dans différents niveaux langagiers, il tentera de décrire et de comprendre les relations entretenues par les deux langues aujourd’hui pratiquées dans ce massif : le berbère Tasahlit et l’arabe jijélien


Neige ROCHANT (doctorat – Paris 3 – dir. Sebastian FEDDEN [LACITO] – Guillaume SEGERER) : Son projet doctoral consiste en une grammaire du baga pukur, une langue atlantique parlée Guinée (Conakry). Cette langue très menacée n’a jamais été décrite auparavant.


Songfolo Lacina SILUE (doctorat – INALCO – dir. Nicolas QUINT – Tatiana NIKITINA) : son projet doctoral a pour but de documenter d’une part les genres narratifs traditionnels du kafire, éléments cruciaux dans la transmission du savoir (linguistique, historique, culturel…) et qui pourtant sont en voie de disparition. D’autre part, il vise à explorer les caractéristiques grammaticales du discours rapporté dans cette langue  (intéraction logophoricité-classes nominales par exemple)  à travers les données du corpus des genres narratifs traditionnels.