Catégorie : Divers

Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)

Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)
Les fouilles de Sedeinga (Soudan), belles découvertes de la campagne 2019 (Claude Rilly)

La mission archéologique française de Sedeinga (UMR 8167 et 8135) a effectué ses fouilles annuelles sur la nécropole napatéenne et méroïtique du site du 14 novembre au 14 décembre 2019. Plus de vingt pyramides ont été relevées et trente-huit tombes ont été fouillées. L’ensemble de la partie ouest du Secteur II (photo 1), fouillée depuis 1995, a pu enfin être terminé pour publication prochaine aux éditions Soleb.

L’équipe (photo 2) comprenait Claude Rilly (directeur), Vincent Francigny (directeur adjoint), Romain David (céramologue), Agathe Chen (anthropologue), Loïc Bouffard (archéologue-photogrammètre), Cécilia Populaire (dessinatrice), Jean Montandon (archéologue), Marie-Paule Jung  (archéologue), Sidonie Privat  (archéologue), Wafa Sharif, Rufaï Saleh Abdool (cuisinier), Ramah Sheikheldin (aide-cuisinier),  Huyam Khalid (inspectrice NCAM).

Bien que ces tombes aient toutes été pillées à des degrés divers, de beaux objets y ont été mis au jour. En 2018, une belle tête d’oiseau-ba avait été trouvée dans la descenderie de la tombe II T 361. Cette saison, la découverte du corps de cette grande statue, d’env. 70 cm (photo 3) dans la tombe voisine II T 354 a permis de reconstituer tout l’ensemble (photo 4). Les statues-ba, héritage de la religion égyptienne, représentent l’âme du défunt sous la forme d’une créature mi-homme, mi-oiseau. Il s’agit ici d’un prêtre-sem, vêtu d’une peau de panthère dont les pattes et la queue dépassent sur les flancs et le dos (photo 5). Non loin de là, une autre statue-ba, féminine cette fois (photo 6), a été trouvée dans la tombe II T 299. La tête a été brisée, mais les deux profils sont partiellement conservés (photos 7 et 8).

Les tombes sont napatéennes (vers 500/300 av. J.‑C.) mais ont été réutilisées aux époques méroïtiques classiques et tardives (vers 0/300 apr. J.‑C.). Peu de matériel napatéen a subsisté, sinon des fragments de tables d’offrandes en céramique figurant des pains ronds et des filets d’eau (photo 9), destinés à abreuver et à nourrir magiquement le défunt. Les objets méroïtiques sont les plus nombreux, comme ce bel ensemble de vases tardifs (photo 10). Une vaste chambre funéraire (II T 347) a livré un enterrement collectif intact. Les photogrammétries effectuées par Loïc Bouffard (photo 11) ont permis de documenter les détails de cette inhumation familiale (photo 12).

Parmi les superstructures mises au jour, trois tombes à caissons (photo 13) ont été fouillées par Sidonie Privat. Elle a ainsi trouvé en II T 439 un lot de bagues-sceaux, dont une en or (photos 14 et 15) qui représente un serpentaire coiffé de la couronne hemhem, piétinant un serpent. Image prophétique : cet oiseau des savanes africaines figure aujourd’hui sur les armoiries du Soudan.

Quelques inscriptions méroïtiques ont été retrouvées, dont des fragments qui complètent le texte d’un linteau brisé de chapelle funéraire (photo 16).

Lire plus

Mobilité internationale des chercheurs

Dans le cadre de sa politique internationale, l’InSHS propose un soutien à la mobilité internationale entrante (SMI entrant), ayant pour objectif d’accueillir, au sein des unités de recherche dont le CNRS est tutelle ou co-tutelle, des chercheurs / enseignants – chercheurs étrangers souhaitant développer une collaboration avec une unité de recherche du CNRS en France. En savoir plus…

Lire plus

Présentation de L’Encyclopédie des Pygmées Aka au Musée de l’Homme le 27 novembre 2019.

Evelyne Heyer et Susanne Furniss lancent une invitation à toutes les llacaniennes et à tous les llacaniens pour la présentation de L’Encyclopédie des Pygmées Aka, un ouvrage en 16 volumes interdisciplinaire qui fait découvrir une société de la forêt d’Afrique centrale à travers sa langue.

Cette présentation aura lieu au Musée de l’Homme le 27 novembre 2019 à 14h 30.

Attention, l’inscription est obligatoire. Veuillez cliquer ici pour s’inscrire.

En savoir plus :

Lire plus

Décès de Luc Bouquiaux

Nous venons d’apprendre avec une grande tristesse le décès de Luc Bouquiaux. Né à Liberchies (Belgique) le 4 juin 1934, il est décédé à Amiens le 29 juillet 2019, à l’âge de 85 ans. Son inhumation a eu lieu le 1er août au cimetière de Saint-Martin-au-Bosc.

Cofondateur, avec Jacqueline M. C. Thomas, du LACITO et de la SELAF (Société d’études linguistiques et anthropologiques de France), il a été pour beaucoup d’entre nous un modèle de travail et de rigueur scientifique. Par ses activités au sein du LACITO et de la SELAF, il a permis à de nombreux jeunes de se former à l’étude de terrain et de publier leurs recherches.

Avec Jacqueline M. C. Thomas, son épouse, il a été, dans le monde des études africaines, à la fois un pionnier dans le domaine de l’étude des langues et des civilisations à tradition orale et, bien avant la mode de l’étude des langues en danger, un ardent défenseur de la recherche de terrain. Doté d’une solide formation en lettres classiques, il appliquait aux langues africaines la même exigence de rigueur que celle qui est de mise dans le domaine indo-européen.

Résolument fonctionnaliste, il plaidait pour un respect absolu des faits, quelques difficultés d’analyse que cela puisse générer, et il ne détestait rien de plus que l’utilisation partielle et partiale des données à des fins idéologiques.

Dans la lignée de l’ethnolinguistique, il considérait la langue avant tout comme un moyen de communication et d’expression d’une culture. De sa volumineuse bibliographie, qu’il aura continué d’enrichir bien longtemps après son départ à la retraite, nous mettrons en vedette ses travaux de description et de lexicographie encyclopédique :

  • 1970. La langue birom (Nigeria septentrional). Phonologie, morphologie, syntaxe, Paris : Les Belles Lettres.
  • 1970.Textes birom (Nigeria septentrional), avec traduction et commentaires, Paris : Les Belles Lettres, 394 p. + 22 p.
  • 1978. avec Jean-Marie Kobozo, Marcel Diki Kidiri et la collaboration de Jacqueline Vallet et Anne BehagheL Dictionnaire sango-français [bàkàri sango-fàranzi], lexique français-sango [kete bàkàri fàranzi-sango], langue véhiculaire de RCA, Paris : SELAF (TO 29), 667 p.
  • 2001. Dictionnaire birom (langue Plateau de la famille Niger-Congo), Nigeria septentrional. Livre I, Birom-français, anglais – Livre II, Lexiques – Livre III, Thématique, Paris : Peeters (SELAF – LCA 28-29-30), 2001.- 3 vol. (448 p., 189 p., 287 p.)
  • 2018. avec Jacqueline M.C. THOMAS Dictionnaire du monzombo (langue oubanguienne de Centrafrique et des Congo). Volume I-II: Dictionnaire monzombo-français illustré. Volume III: Lexique français-monzombo — Louvain-Paris: Peeters (SELAF- LCA 37), 2018.- 3 vol., 885 + 684 + 234 p.

De sa Belgique natale, il a toujours conservé un humour pince-sans-rire et un léger accent wallon, que nous garderons toujours en mémoire.

https://lacito.vjf.cnrs.fr/membres/bouquiaux.htm

Lire plus

Guide SHS : Règlement Général de Protection des Données

La Lettre n°60 de l’INSHS signale qu’un guide a été réalisé pour fournir à la communauté SHS une ressource les aidant à s’approprier le RGPD (Règlement Général de Protection des Données). Vous pourrez y trouver des réponses aux questionnements soulevés lors de la construction, la réalisation d’un programme de recherche, la publication ou la potentielle réutilisation des données de la recherche. Accès au guide…

Lire plus

Réunion d’information : financement européen en Sciences Humaines et Sociales

Le Réseau Recherche Europe de la Comue Université Sorbonne Paris Cité (USPC) organise une réunion d’information dédiée aux opportunités de financement européen en Sciences Humaines et Sociales au-delà des appels phares d’Horizon 2020.

Elle aura lieu le vendredi 24 mai de 13h30 à 18h00 à l’Auditorium (65, rue des Grands Moulins – 75013 Paris) avec l’intervention de Bernard Ludwig; Responsable scientifique des programmes internationaux en SHS à l’Agence Nationale de la Recherche et Emmanuel Pasco-Viel; Chargé de mission Espace Européen de la Recherche, Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Inscription obligatoire avant le lundi 20 mai 2019 : remplir le formulaire d’inscription

[…]

Lire plus

Projection de film – à ne pas manquer : Et si Babel n’était qu’un mythe?

Mercredi 15 mai prochain, de 15h à 17h, à l’auditorium de l’Inalco. Ce film de Sandrine Loncke suit le travail de notre collègue Florian Lionnet, dans son travail de terrain sur le láàl (grammaire et dictionnaire), langue parlée par 700 personnes dans le sud du Tchad, et qui cherche à montrer le point auquel la culture d’une société est encodée dans sa langue, la perspective du film étant notamment d’expliquer les enjeux de la description des langues en danger.

En savoir plus …

Lire plus

Le numérique et l’Afrique : à écouter sur France Culture

Dans le cadre de son émission « Cultures Monde », France Culture a consacré une thématique en 4 épisodes à « un monde sans fil ». Le deuxième s’intitule « De Dakar à Nairobi, les promesses d’une révolution technique », et l’émission entre en résonnance avec plusieurs projets portés au sein du Llacan. Avec un doublement du nombre de smartphones entre 2016 et 2020, l’Afrique effectue une spectaculaire mue technologique. L’an prochain, le continent africain comptera plus de 660 millions de personnes équipées d’un smartphone. Presque deux fois plus qu’en 2016. L’Afrique est bien au cœur d’une mutation, d’une révolution technologique sans précédent.

Lire plus